40390 Biaudos, France

Que faire en Pays Toraja à Sulawesi en Indonésie

Garçon et fille Torajas en tenue de funérailles

Connaissez-vous les 3 raisons principales de la célébrité de l’île de Sulawesi en Indonésie ?

Moins visitée et connue que Java et Bali, voici les 3 raisons principales pour lesquelles les voyageurs visitent ce petit bout de paradis indonésien :

  • Plonger dans la mer des Célèbes, connue comme l’un des meilleurs spots de plongée de la planète et où on peut trouver le 3ème plus grand atoll du monde, Taka Bonerate.
  • Le café Toraja, un délicieux mélange d’Arabica et de Robusta, le meilleur café que j’ai bu de ma vie.
  • Les rites funéraires du Pays Toraja et l’Aluk To Dolo, la coutume religieuse animiste transmise oralement.

Ce sont de ces rites funéraires et du Pays Toraja dont je vais vous parler aujourd’hui, à travers les funérailles auxquelles j’ai été invité à Rantepao et Tagari.

Vous devriez lire cet article si vous vous demandez pourquoi vous devriez visiter le Pays Toraja à Sulawesi et si vous voulez en apprendre plus sur les rites funéraires du peuple Toraja.

Si vous visitez le Pays Toraja ou Sulawesi, une [easyazon_link identifier= »3831772290″ locale= »FR » tag= »ethno04-21″]carte[/easyazon_link] peut s’avérer extrêmement utile. L’île est encore à l’écart du tourisme de masse et les cartes locales sont plus qu’approximatives !

[easyazon_image align= »center » height= »500″ identifier= »3831772290″ locale= »FR » src= »https://ethnotravels.com/wp-content/uploads/2019/10/41d2BiCF2BJL.jpg » tag= »ethno04-21″ width= »199″]

Sommaire – Pays Toraja Sulawesi.

Pourquoi vouloir visiter le pays Toraja à Sulawesi ?

Si vous avez lu mon article sur ma découverte de la culture khmère à Battambang au Cambodge ou sur le festival de Bastar Dussehra en Inde et si vous êtes familier de mon blog, vous savez que j’aime participer aux cérémonies locales car c’est un des meilleurs moyens de découvrir une culture.

L’île de Sulawesi, spécialement le Pays Toraja, me fascinait depuis longtemps.

J’avais beaucoup entendu parler de leurs rites funéraires, notamment des momies Torajas et des tombes dans les falaises.

J’espérais donc pouvoir être témoin d’une de leurs longues cérémonies de funérailles et en apprendre plus sur l’aluk to dolo (la voie des ancêtres), la tradition orale du peuple toraja.

J’ai eu la chance de rencontrer des locaux qui m’ont initiée à leur culture, à l’aluk to dolo et à leurs rituels.

Découvrez les rites funéraires, les mariages Torajas, faites de la randonnée, observer les incroyables papillons, admirez les magnifiques paysages, dégustez le café Toraja, et surtout discutez avec l’adorable population.

[easyazon_image align= »center » height= »500″ identifier= »B01N9BPMSY » locale= »FR » src= »https://ethnotravels.com/wp-content/uploads/2019/10/41MNrbhmK2BL.jpg » tag= »ethno04-21″ width= »339″]

Mais d’abord, comment j’ai économisé sur mon budget voyage en découpant mon vol.

En Asie, il existe deux aéroports principaux ou hubs, vers lesquels on peut souvent trouver des prix très intéressants, et depuis lesquels on peut aller presque n’importe où avec un low cost : Bangkok et Kuala Lumpur.

Vous pouvez souvent trouver un vol Qatar Airways aller retour Paris Bangkok ou Paris Kuala Lumpur pour 400 ou 500€. Ajoutez ensuite un vol low cost, avec Air Asia par exemple, vers Ujung Padang / Makassar, la capitale de Sulawesi pour environ 150€ aller retour. Vous serez encore très loin des 900-1000€ d’un Paris-Ujung Padang !

>> Cliquez ici pour voir les prix et disponibilités actuels pour Bangkok et Kuala Lumpur

>> Cliquez ici pour vérifier les vols de Kuala Lumpur à Makassar

Pour plus d’astuces pour économiser sur votre vol, lisez cet article

Les funérailles des familles expatriées.

Le premier matin de mon arrivée en Pays Toraja, à Rantepao, une famille m’a invitée pour des funérailles privées.

Benjamin et sa famille étaient Chrétiens animistes, ce qui peut paraître étrange; mais quand on voyage dans différents pays, on se rend vite compte que différents peuples se sont convertis, tout en gardant heureusement de nombreuses croyances et coutumes de leur religion originelle.

Ils venaient de différentes villes de Sulawesi, d’Indonésie et même de l’étranger, pour célébrer les funérailles de la belle-mère de Benjamin. Ils n’avaient donc pas le temps pour organiser les traditionnelles funérailles d’une semaine.

Je les ai rejoints vers midi, dans un endroit proche de notre guesthouse. La messe était presque finie lorsque je suis arrivée. Le prêtre était en train de présenter chaque membre de la famille à l’assemblée. Chacun racontait des anecdotes et souvenirs sur la défunte et ils riaient beaucoup.

Ensuite, des photos de famille ont été prises avec le cercueil, toujours dans la joie.

Funérailles Torajas
Frederik et moi lors d’autres funérailles

Les buffles des funérailles Torajas.

Juste avant de passer à table, on nous a montré un des gros buffles qui sera sacrifié en l’honneur du défunt. Dans la croyance toraja, l’animal sacrifié suivra le défunt dans sa nouvelle vie pour le servir et lui servir de véhicule pour rejoindre ce nouveau monde. C’est aussi une façon de montrer son respect pour le défunt et de montrer la richesse de la famille.

Les gens achètent les buffles et porcs qui seront sacrifiés durant les funérailles à l’intéressant marché de Pasar Bolu. Ce marché a été construit par Frederik, le frère de Benjamin.

Les buffles tachetés, les plus gros, ceux avec des yeux bleus, sont les plus chers. Le prix moyen pour un buffle est de 20 millions de roupies indonésiennes (environ 1 300€).

Le nombre d’animaux sacrifiés indique la richesse de la famille.

Les grandes funérailles des plus riches familles peuvent coûter 375 000€/400 000€ seulement pour les buffles.

Les buffles vivent avec les familles et on en prend grand soin, presque comme un membre de la famille. Il faut dire que les familles s’endettent souvent pour les acheter et que toute la vie des Torajas est organisée autour de la préparation de leurs funérailles.

Frederik me montrera fièrement les photos de son très cher buffle tâcheté aux yeux bleus.

Les repas de funérailles.

Pour les funérailles, les Torajas ont l’habitude de préparer un plat très particulier : le pa’piong. Ce plat à base de viande, légumes et noix de coco est cuit pendant plusieurs heures dans du bambou.

On nous en sert, ainsi que différentes viandes accompagnées de riz.

Les processions de funérailles Torajas.

La plupart des invités parte juste après le repas. Seule la famille et moi restons pour la procession dans la montagne.

De gros bambous sont fixés au cercueil pour le porter. Avec un énorme éclat de rire, ils m’invitent à les suivre d’un « let’s go! » La photo de la défunte est portée en tête de procession et nous marchons dans les rues de Rantepao.

Nous faisons un 1er arrêt près d’un ensemble de tongkonans, les maisons traditionnelles torajas. Leur toit est comme un bateau, le peuple Toraja venant de la mer. La porte d’entrée est décorée des cornes des buffles sacrifiés lors des funérailles dans la famille. J’ai retrouvé cette coutume en Inde, chez les tribus du Nagaland et Niyshis en Arunachal Pradesh. Les murs extérieurs sont recouverts de peintures de scènes de nature.

Maison traditionnelle Tanah Toraja
Tongkonan

Nous recevons tous une petite bouteille d’eau. Après avoir bu une petite gorgée, nous devons tous nous asperger en riant. Frederik, qui m’a rejointe, ne cesse de s’exclamer « c’est la tradition ! c’est la tradition ! ».

Nous poursuivons notre chemin et les hommes se mettent à crier. Nous sommes à une intersection et on se met à tourner le cercueil dans tous les sens. Le Pays Toraja est le pays où les morts marchent pour rentrer chez eux. Il s’agit donc de désorienter la défunte afin que son âme ne retrouve pas le chemin de la maison pour hanter sa famille.

Nous commençons à grimper la montagne. Le sentier se fait de plus en plus étroit et les hommes doivent couper les bambous pour continuer à progresser. La pente est raide et le sol glissant.

Nous arrivons finalement au sommet et la vue est magnifique. Je remarquerai pendant la suite de mon voyage que, comme en Chine, les Torajas ont l’habitude de construire les tombes dans des endroits agréables et beaux.

Rantepao Tana toraja Sulawesi Indonésie
Vue sur Rantepao depuis les maisons funéraires

Tana Toraja : le pays où on vit avec les morts.

La famille ouvre une des deux maisons funéraires qui leur appartiennent et pose le cercueil sur le sol. C’est la famille la plus riche de Rantepao et la montagne leur appartient.

Tout le monde chante et prie puis les plus proches du défunt entre dans la maison. Dans un même élan, ils se mettent tous à pleurer et crier. Pour eux, c’est l’achèvement d’un processus qui peut parfois durer des mois, voire des années.

Lorsque quelqu’un meure au Tana Toraja, sa famille l’appelle « To Makula ». On pense qu’il n’est pas vraiment mort mais simplement malade. On continue à vivre avec lui, à le nourrir 4 fois par jour, le laver, l’habiller, le coiffer, lui parler, prier avec lui, même dormir avec lui. On peut le faire pendant des mois, voire des années, jusqu’à ce qu’on soit prêt pour les funérailles. Les familles riches sont généralement celles qui gardent le défunt le plus longtemps.

Il y a quelques années, j’ai lu le témoignage d’une Américaine qui expliquait avoir fait la même chose pour son bébé. Elle expliquait que ce processus lui avait permis d’accepter plus facilement son décès.

Cette croyance explique pourquoi ce moment de ces funérailles privés était si émouvant. Les funérailles sont le moment pour les Torajas de laisser leur défunt partir, après plusieurs mois ou années de cohabitation. Il s’agissait de l’expression d’une profonde tristesse et non de « pleurs de circonstance ». J’insiste là dessus car on pourrait se méprendre sur ce qui se passe lorsqu’on ne connaît pas ces croyances.

C’était extrêmement impressionnant de voir tout le monde pleurer en même temps, à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Je pouvais sentir leur émotion et peine.

Nous prenons ensuite les dernières photos tous ensemble.

La joie est revenue et on nous distribue des bonbons et du jus de fruit.

Nous retournons à Rantepao, où des proches nous offrent une collation.

Où loger à Rantepao ?

Je vous recommande le beau resort Luta Resort Toraja. Idéalement situé dans le centre de Rantepao mais très calme, il possède une très belle cour intérieure donnant accès à des chambres et suites très confortables, agréables et propres. Son restaurant, au bord de la rivière, est très intimiste et offre une nourriture locale à un prix dérisoire.

Avec un photographe français rencontré à Rantepao, nous sommes allés voir les prix « pour le fun », pensant que c’était hors de nos budgets. Quand nous avons constaté que ce n’était pas le cas, nous en avons fait notre « base ». Ne vous fiez pas aux photos d’Agoda, qui ne rendent pas vraiment justice à la beauté du lieu.

>> Cliquez sur la photo ou ici pour vérifier les prix et disponibilités pour vos dates (Agoda)

>> Ou vérifiez le prix sur Booking ici

Foire aux questions sur le Tana Toraja.

Comment organiser son voyage pour le Pays Toraja ?

Contactez-moi si vous ne voulez pas organiser seul votre voyage, voulez être accompagné d’un guide parlant français et avez envie de voyager au plus près de la population. Grâce à mon expérience, vous découvrirez la culture Toraja au plus près et pourrez même économiser sur le prix de vos billets d’avion.

Où est situé le Pays Toraja ?

Le Pays Toraja ou Tana Toraja se situe dans le centre et au sud de l’île indonésienne de Sulawesi.
La ville culturelle principale est Rantepao.

Que signifie Tana Toraja ?

Tana Toraja veut dire « terre des Torajas ». Mais le Tana Toraja originel a été divisé en deux : Tana Toraja avec pour capitale Makale et Toraja Utara avec pour capitale Rantepao.
Bien que la vallée de Mamasa, dans la partie ouest de Sulawesi, n’appartienne pas au Toraja, les coutumes funéraires ont beaucoup en commun, les maisons aussi.

Quel est l’aéroport pour le Pays Toraja ?

Il n’y a pas d’aéroport en Pays Toraja, mais le plus près est celui de Makassar. Consultez plus haut mon astuce pour économiser plusieurs centaines d’euros sur vos vols.

Comment rejoindre le Pays Toraja ?

Il faut compter 8-9h de bus de Makassar à Rantepao, ou 5h de taxi, à travers de magnifiques paysages.

Quand visiter le Pays Toraja ?

La saison funéraire est en août, mais j’y étais en septembre et il y avait encore plein de funérailles.

Combien de jours pour visiter le Pays Toraja ?

Tout dépend de vos envies et goûts. Si comme moi vous êtes passionnés de découvertes culturelles, de randonnée et de belles rencontres humaines, vous pouvez facilement y passer 3 semaines sans vous ennuyer, en explorant également la vallée de Mamasa.

Voyagez avec moi au Pays Toraja !

Vous voulez découvrir la culture Toraja en voyageant au plus près de sa population ? Contactez-moi pour l’organisation de votre voyage de A à Z et votre accompagnement.

Conclusion – Pays Toraja Sulawesi.

Ces premières funérailles en Pays Toraja n’ont été que les premières d’une longue liste de découvertes sur la culture du peuple Toraja et du centre de Sulawesi.

Les jours suivants, j’ai pu être invitée à des grandes funérailles dans des tongkonans. J’ai ensuite découvert les tau-tau, les effigies en bois représentant les défunts, les tombes dans les falaises, les autres formes de sépultures Torajas, les sépultures réservées aux bébés et enfants et les différentes peintures traditionnelles, lors de randonnées dans des paysages extraordinaires.

Le Pays Toraja, encore à l’écart du tourisme de masse, a beaucoup à offrir aux voyageurs curieux.

Avez-vous déjà visité Sulawesi ou le Pays Toraja ? Quel était le but de votre visite ?

Aviez-vous déjà entendu parler des rites funéraires Torajas et de leur culture animiste si particulière ? Avez-vous envie de vous rendre au Pays Toraja ?

Pour d’autres articles sur l’Indonésie, consultez cette catégorie

Partagez cet article avec votre famille ou vos amis qui planifient un voyage à Sulawesi ou sont intéressés par l’ethnologie.

Cet article peut contenir des liens compensés. En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises. Consultez les mentions légales du site pour plus d’informations.

Inscrivez-vous à la newsletter. C’est gratuit !

Mis à jour le

%s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.
error: Content is protected !!