3 rue Hélène Boucher, 40220 Tarnos, France

Kerala Inde du sud : Faune Sauvage, Backwaters et Kathakali

Pêcheurs Keralais de la plage de Marari près des backwaters d'Alleppey

Kerala Inde du sud…

Ces quelques mots évoquent tout de suite la végétation exotique luxuriante, la beauté des backwaters, la faune sauvage, les soins ayurvédiques, les festivals et spectacles vibrants de couleurs, la douceur de vivre et le farniente.

Cette réputation, loin d’être usurpée, vaut au Kerala son surnom de « God’s own country », le pays de Dieu.

 

Lors de mon premier voyage en Inde, l’état du Kerala était la suite logique de mon périple de deux semaines à la découverte de la ferveur religieuse du Tamil Nadu

J’y ai passé une dizaine de jours avant de rejoindre Bombay, point d’arrivée et départ de mes vols Qatar Airways pour les derniers jours de mon voyage.

J’avais opté pour l’Inde suite à la promo Paris-Bombay à 333€ TTC aller retour que faisait la compagnie.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
Guide Bleu Inde du Sud
List Price: EUR 24,00
Price: EUR 24,00
Price Disclaimer
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

L’Etat du Kerala se situe dans le sud-ouest de l’Inde.

Comme vous pouvez le voir sur la carte, il a une très longue façade maritime.

Trivandrum, de son nom actuel moins connu Thiruvananthapuram, est sa capitale.

Il est bordé à l’est par le Tamil Nadu et au nord par le Karnataka.

Carte de l'Inde avec ses états

Comme j’arrivais de Madurai dans le Tamil Nadu, je me suis concentrée sur la découverte du triangle touristique réserve de Periyar, backwaters d’Alleppey, Kochi.

Si j’avais eu plus de temps et avais pu faire l’itinéraire complet via Rameswaram et Kanyakumari dont je vous parle dans mon article sur le Tamil Nadu, j’aurais suivi la côte jusqu’à Alleppey, en m’arrêtant à Kovalam, Varkala et Quilon.

J’aurais ensuite rejoint la réserve de Périyar et Munnar.

Vous trouverez en fin d’article un bref aperçu de ces destinations et des raisons de vous y rendre.

[huge_it_maps id= »3″]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Le parc national de Periyar est une réserve naturelle, dans laquelle on peut admirer la faune et la flore d’Inde.

Avec un peu de chance, vous pourrez y voir des éléphants sauvages et des tigres.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Pour rejoindre Thekkady et le parc national de Periyar depuis Madurai, il existe désormais des bus directs jusqu’à Kumily, le village le plus proche de la réserve.

Comptez environ 4 heures de trajet.

Les bus partent de la station d’Arapalayam, à 2kms de Madurai.

 

Si vous venez de Munnar, comptez 4 à 5 heures de route montagneuse.

De Kottayam – et donc des backwaters – comptez environ 4 heures.

Depuis Kochi – Ernakulam – comptez 6 heures.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Je vous conseille de loger sur la Lake Road à Kumily, en bordure de réserve, pour pouvoir profiter de la nature et des animaux tout le temps.

Je logeais dans une guesthouse magnifique, avec vue directe sur la réserve mais en dehors de celle-ci, Meadow View Inn, un vrai havre de paix au milieu de la nature.

J’occupais un bungalow en bois qu’ils appellaient maison-arbre.

Tout était fait en bois de teck et en bambou.

La fenêtre de ma grande chambre donnait sur les montagnes et la réserve.

Toute la journée, j’avais droit au concert de la nature.

Je dormais avec les rideaux ouverts pour pouvoir profiter de la vue, au petit matin depuis mon lit, sur les troupeaux.

Les gaurs, sangliers, cochons sauvages, daims et oiseaux venaient régulièrement nous rendre visite.

Bisons de la réserve sauvage de Periyar Thekkadi Kerala Inde
Troupeaux de gaurs depuis ma fenêtre
Biche sambar parc national de Periyar Thekkady Kerala Inde
Sambar depuis ma fenêtre
Parc national de Periyar depuis Meadow View Inn Thekkady Hotels Kerala Inde
Le parc national de Periyar depuis la fenêtre de ma chambre

Il semblerait néanmoins qu’après avoir changé de propriétaires en 2015, la guesthouse soit fermée.

Sateesh et sa femme étaient toujours aux petits soins avec leurs invités, plein d’attentions.

La cuisine était délicieuse et j’ai dégusté ici les meilleurs egg curry.

Les deux enfants, notamment le petit Amel qui parlent plusieurs langues et dialectes, étaient adorables.

D’après les critiques sur Agoda et Trip Advisor, les nouveaux propriétaires parlaient plutôt mal anglais et n’avaient pas grande expérience de la tenue d’une guesthouse.

Les photos de Trip Advisor montrent aussi que le lieu, bien que toujours accueillant, comportent de nouveaux bâtiments et plus de béton.

Sateesh avait pour projet d’ouvrir une plus grande guesthouse au milieu des montagnes, mais très à l’écart de Periyar.

Guesthouse Meadow View Inn à Thekkadi réserve de Periyar Kerala Inde
Amel et sa soeur sur les escaliers donnant à ma chambre
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

92% des voyageurs ayant écrit un commentaire sur Trip Advisor donne la note maximale, excellent, à cet hôtel niché au coeur d’une plantation de poivre et cardamome. Ils jugent son service haut de gamme et le cadre idéal pour se relaxer, notamment la villa jacuzzi. Certains font également l’éloge de la nourriture et du personnel. Attention cependant à réserver puisque l’établissement ne possède que 5 chambres.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Certes beaucoup moins chic que le précédent, le jungle Palace Homestay présente l’avantage de pouvoir profiter de la vue sur la réserve et les animaux. Et c’est justement pour ce privilège que les gens viennent ici ! L’accueil est réputé très sympathique, les lieux sont propres et trois catégories de chambres sont proposées. Bref, c’est l’adresse idéale si vous voulez profiter de la réserve tout le temps.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Si vous n’êtes pas pressés, je vous conseille d’attendre que la bonne opportunité s’offre à vous. Vous rencontrerez en effet plein de revendeurs et d’agences vous proposant des visites de la réserve. Mais si vous êtes patients et n’hésitez pas à discuter avec les gens, vous rencontrerez sûrement d’autres voyageurs qui vous feront part de leurs meilleurs plans.

Pour ma part, j’ai eu la chance d’être là en même temps qu’un jeune Allemand qui connaissait très bien les lieux et les gens du coin. Il m’a donc proposé de me joindre à Sarha, une Suisse-Américaine de ma guest house, pour un treck dans la jungle. Il nous a mis en contact avec un de ses amis guide avec qui il part régulièrement.

Nous sommes donc parties à 5h du matin. Nous avions deux guides avec nous et nous sommes allés dans une partie de la réserve assez particulière… Il faisait nuit et nous avions juste les bruits de la nature tout autour de nous. Nous avons eu rapidement la chance de voir un oiseau magnifique, et très rarement visible, le calao (il ne vit que dans cette partie du Kérala). Il fait environ 1m50 d’envergure et le bruit de son vol est hallucinant : on dirait presque un hélicoptère. Il a plusieurs couleurs, une longue queue pleine de plumes terminée par des sortes de boules. Vraiment superbe.

Alors que nous traversions un cours d’eau et nous concentrions pour ne pas tomber, nous avons entendu un cri et des bruits bizarres juste à côté de nous : un tigre !!! En fait, ils étaient deux, vraisemblablement un mâle et une femelle, et c’était la saison des amours. Ils étaient à quelques mètres de nous mais se sont bien sûr éclipsés dès qu’ils nous ont aperçus. Nous avons tenté de suivre leurs traces une bonne partie de la journée. Les garçons étaient d’excellents pisteurs et nous avons vu beaucoup de traces de pattes, griffes et excréments de tigres… mais pas seulement puisque quelqu’un d’autre rôdait en même temps dans les parages…

Nous avons même grimpé dans un arbre et attendu un long moment en espérant leur retour : leur point d’eau était juste à côté et ils avaient tué un sanglier qu’ils avaient à peine commencé à manger lorsque nous sommes arrivés. Même si nous ne les avons pas vus, les entendre et être aussi près d’eux a été une chance incroyable qui ne se reproduira sûrement jamais dans nos vies.

Un peu plus tard, nous avons fait deux groupes, Sarha était avec le pisteur. Au bout de 5 minutes, il nous a appelés : il venait de trouver un éléphant ! Nous avons pu l’admirer, à quelques mètres de nous, mangeant les feuilles des arbres. Babou, notre guide, a pris des branches pour nous cacher derrière pour le moment où il sortirait du bosquet. Quand il est sorti, j’ai commencé à faire du film. Quelle émotion ! Tout a coup, il nous a repérés et a commencé à avancer vers nous. Babou a agité les branches et crié pour l’effrayer, mais il lui a fallu un certain temps avant de l’impressionner.

Il s’est sauvé puis s’est mis derrière les arbres. Soudain, il s’est mis à barrir… et à charger. Babou nous a crié « run, run », et nous avons détalé comme des lapins. Même s’il s’agissait d’un adolescent, sa taille et ses défenses étaient fort impressionnantes. Babou nous a expliqué que les éléphants en troupeaux sont inoffensifs, contrairement à un éléphant seul. Celui-ci était très en colère. Nous avons continué à le suivre. Nous nous serions cru dans un scène de Jurassic Parc, où les héros attendent, cachés comme ils le peuvent, que le gigantesque dinosaure réapparaisse de l’arbre qui le dissimule. Sauf que là on y était !!!

Désolée pour la qualité de la vidéo mais à l’époque je n’avais pas encore mon camescope HD.

Eléphant sauvage du Peryar National Park

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]

Nous avons passé toute la journée à crapahuter dans la jungle. Mon pantalon a fini plein de trous…

Alors que j’étais seule avec Babou, un tigre s’est approché à quelques mètres. Les herbes bougeaient autour de nous, avant de nous contourner et de s’éloigner.

Nous avons également dormi autour d’un feu de camp. Les guides nous ont cuisiné un super plat. Ils avaient tout prévu, c’était une super organisation.

Ils se sont relayés pour entretenir le feu. Sarha a très bien dormi, moi pratiquement pas, d’autant que Babou était enroulé sur lui-même à nos pieds et que j’avais peur de le déranger.

Le matin, levés tôt. Les garçons nous ont préparé un super petit déjeuner puis nous sommes repartis à la chasse : bisons, traces et crottes d’éléphants, de tigres, et même de jaguars !!! Bref, Babou était super content car nous avons vu tout ce que nous pouvions voir ici, et nous aussi bien sûr ! En prime, la vue sur le lac de la réserve depuis le haut de la montagne était magnifique et la promenade du matin a été moins difficile malgré la fatigue.

C’était une expérience inoubliable que je vous recommande. Evitez les tours en groupe si vous le pouvez. Vous ne le regretterez pas !

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Les backwaters du Kerala sont une série de canaux dans le paysage luxuriant typique de l’état.

Ils se découvrent à la fois à pied et sur l’eau, que ce soit en logeant dans un beau bungalow au bord de l’eau ou sur un houseboat.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Selon le type de bus, il vous faudra 3-4 heures pour vous rendre de Kumily à Kottayam. Le paysage est superbe, ponctué de plantations de thé et de maisons aux toits typiquement kéralais.

Ensuite, le ferry public vous mènera en 2h30 jusqu’à Alleppey, vous offrant vos premières visions des backwaters et de la vie le long de l’eau.

Si vous êtes comme moi et considérez que vos déplacements font partie intégrante de votre voyage, vous vous régalerez avec ce trajet !

Comment se rendre de la réserve de Periyar aux Backwaters d'Alleppey Kerala Inde
Petite fille Tamoule sur le ferry public de Kottayam à Alleppey
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Sateesh, le propriétaire de la guesthouse de Thekkady, avait réservé pour moi un bungalow au Palmy Lake Resort.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce joli jardin tropical au bord des backwaters et l’adorable Macy, la propriétaire des lieux.

Je pouvais facilement manger un délicieux plat de crevettes épicées accompagné de parrotas en ville, dans un des restaurants du centre découvert à mon arrivée, ou demander à Macy de me préparer un repas.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Les photos d’Agoda ne rendent malheureusement pas justice au lieu. Vous verrez néanmoins de jolies photos prises par les clients sur Trip Advisor. A noter que l’endroit est particulièrement prisé des Français.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Pour ceux qui recherchent le luxe et une piscine, tout en étant au bord des backwaters. L’établissement propose des chambres et des cottages et est classé N°1 sur les 70 hôtels d’Allepey – Alappuzha.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

L’offre n’étant pas très importantes sur Trip Advisor, j’ai directement choisi sur le site d’Agoda. Pour votre choix final, pensez à bien regarder la superficie disponible et si vous devrez ou non partager le houseboat. Les prix comprennent les trois repas.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Vous pouvez très bien découvrir les backwaters tout en logeant sur terre.

Kerala Backwaters d'Alleppey

Comme Palmy Lake Resort est situé au bord des canaux, je partais régulièrement me promener à pied ou en ferry public. Macy a organisé pour plusieurs d’entre nous une agréable promenade en canoë en bois.

Promenade en canoe en bois sur les backwaters d'Alleppey au Kerala

Tous ces modes de transport permettent de découvrir la vie des habitants des backwaters, que ce soit sur ou au bord de l’eau. Je vous avoue néanmoins que mon favori c’était le ferry public, pour profiter de la vie locale à la fois à bord et le long des canaux.

Bébé Tamoule habitant les Backwaters du Kerala

J’aimais aussi particulièrement discuter avec la très jolie Macy. A chaque fois qu’elle me voyait seule, elle en profitait pour venir échanger avec moi sur nos différences culturelles et nos conceptions différentes de la vie. Ce fut un réel bonheur de répondre aux questions de cette jeune femme intelligente et curieuse, et d’en apprendre davantage en sa compagnie sur la culture indienne.

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Avant de partir d’Allepey, je voulais retourner à Kottayam pour participer à la procession des éléphants (Arratu).

Lors de ces festivités, la divinité du temple principal est sorti de son sanctuaire par l’ancien maharaja. A côté de lui se dresse un éléphant magnifiquement caparaçonné, suivi de plusieurs autres. La procession d’environ deux heures parcourt la ville jusqu’à la mer. La statue est alors immergée pour les ablutions rituelles. Le cortège rejoint le temple par le même chemin, mais cette fois à la lueur de flambeaux.

Malheureusement, la veille, un terrible accident d’autobus causa la mort d’une vingtaine de personnes et les festivités furent annulées.

Je me suis donc rendue à Marari Beach, à 10 kilomètres au nord d’Allepey.

Pour vous y rendre, vous pouvez emprunter un rickshaw ou utiliser le service de bus vers Kochi.

Cette plage est plutôt paradisiaque avec son sable blanc, ses cocotiers, ses bateaux de pêche colorés, peu de touristes et ses enfants.

Petites filles Kéralaises sur la plage de Marari près des backwaters d'Alleppey en Inde du sud

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

A 13h, je suis de retour à l’embarcadère pour emprunter la splendide ligne Allepey – Changanacherry.

Pendant trois heures, le ferry public sillonne les backwaters à travers des paysages variés.

Tantôt les canaux sont larges, ressemblant à un immense lac, voire une mer, parfois ils se font beaucoup plus étroits et le ferry ne cesse de frôler la végétation luxuriante.

De nombreuses églises catholiques sont éparpillées sur tout le parcours, parfois au milieu de la jungle.

Quelques minutes avant l’arrivée, nous traversons même une zone où la végétation a totalement recouvert l’eau.

Au retour, cela vaudra à un des hommes d’équipage de se mettre nu et de s’introduire par le trou des toilettes pour aller couper les herbes prises dans le gouvernail !

Nous débarquons à l’embarcadère, un grand bassin autour duquel s’ordonnancent de jolies maisons kéralaises et une église bleue et blanche.

La vision que je garderai de Changanacherry sera celle d’un tranquille village rural des backwaters.

Grossière erreur : près de 52 000 personnes y résident, et la ville est très réputée pour ses écoles et collèges d’un excellent niveau. Par rapport à la moyenne nationale, elle bénéficie aussi d’un excellent taux d’alphabétisation (86% contre 59,5%), et de nombreux habitants ont émigré vers le Golfe, l’Europe et l’Amérique. Elle est aussi connue pour la coexistence pacifique des Hindous, Musulmans et Chrétiens.

Port de Changanassery, qu'on peut rejoindre en ferry public par les backwaters d'Alleppey Kerala Inde du sud

A peine les pieds sur la terre ferme, j’entends la musique d’une procession que j’ai aperçue depuis le bateau. J’accours pour filmer, avant de me rendre compte une fois de plus de ma méprise : il s’agit d’un enterrement !

J’ai coupé avant qu’on ne voit le corps sur le char.

Une partie du retour s’effectue de nuit. La vie des backwaters suit toujours aussi paisiblement son cours et la lumière du soir ajoute une touche magique aux maisons éclairées. Dans les entrées, la plupart d’entre elles possèdent une sorte de chandeliers munis de bougies.

Coucher de soleil sur les backwaters d'Alleppey au Kerala Inde du sud

Sur la vidéo, vous entendrez le son d’une clochette. Dans la 1ère vidéo, vous remarquerez que le pilote du ferry se trouve au milieu et n’a donc aucune visibilité. Son collègue à l’avant, qui dirige le bateau, utilise la clochette pour lui signifier d’avancer, reculer ou stopper.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Après la beauté et le calme de la réserve de Periyar et des backwaters, je dois vous avouer que je n’ai pas été super fan de Kochi, surnommée « Queen of the Arabian Sea ».

La ville vaut cependant la visite pour plusieurs raisons.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Cochin ne restera assurément pas le meilleur souvenir de mon voyage.

A peine arrivée à la guesthouse recommandée par Biji à Allepey, je sens bien que tout n’est que business et le contact avec mes hôtes beaucoup plus factice.

On m’offre une boisson, avec la note qui va avec. J’opte pour la non utilisation de la climatisation, mais l’absence de ventilateur et d’aération me forcent à l’utiliser… et à payer un supplément conséquent. Ici, contrairement à Kumily ou Alleppey, on est simplement considéré pour ce qu’on est : un client.

Tout comme moi, les touristes et Occidentaux installés ici élisent généralement domicile dans le tranquille quartier de Fort Cochin, le coeur historique de la ville.

L’endroit est très agréable mais on y ressent beaucoup trop l’attrait pour notre argent.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Une des interprétations sur le nom de la ville viendrait de ce que Co-Chin peut être traduit par « comme la Chine ».

Cela ferait bien sûr référence aux fameux filets ou carrelets chinois qui auraient été importés au XIVème siècle par l’explorateur chinois Zheng He.

Ses structures photogéniques s’alignent le long de la côte de Malabar à Fort Cochin.

Elles mesurent au moins 20 mètres de long et 10 mètres de haut.

Au moins six hommes sont nécessaires pour les relever.

C’est au coucher du soleil que les carrelets chinois offrent les plus belles photos.

C’est également à ce moment que les pêcheurs rentrent et vous découvrirez les produits de leur pêche, que vous pouvez même acheter et faire griller sur les étals de rue.

carrelets chinois Fort Cochin Kerala Inde du sud

Malheureusement là encore, c’est le touriste qui est devenu la proie des carrelets et de leurs rabatteurs.

Tout au long de votre promenade, on vous proposera, moyennant finance, de vous montrer la manoeuvre du filet, voire de vous faire photographier en train d’y participer.

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Je me suis rendue à Mattancherry, le quartier où on trouve notamment les anciens comptoirs d’épices et le quartier juif, en suivant le front de mer via River Road puis Bazaar Road.

Sur Bazaar Road, j’ai pu assister à une fête religieuse catholique à la Holy Cross Chapel.

Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à observer les rituels, très imprégnés par l’hindouisme. Il est toujours intéressant de voir comment d’autres cultures s’approprient et adaptent une religion à l’origine très différente de la leur.

La jolie église Jeevamatha, juste avant d’arriver au palais de Mattancherry, vaut également une visite. C’est une des plus anciennes églises de Kochi.

Eglise Jeevamatha Mattancherry Cochin Kerala Inde

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Le palais de Mattancherry, bien qu’il soit aussi dénommé le palais hollandais, a été construit par les Portugais aux alentours de 1555, et offert au Roi de Cochin. Il fut agrandi par les Hollandais en 1663, puis à nouveau par le Raja.

Outre sa décoration extérieure et intérieure intéressante, mélange de style Nalukettu du Kerala et d’architecture coloniale, il renferme une exposition de peintures anciennes et décrit la vie des Rajas de Cochin à travers leurs portraits. Malheureusement, les photos sont interdites.

Palais Hollandais de Mattancherry Cochin Kerala Inde

Tout le quartier juif aux alentours se prête à une longue promenade, entre maisons colorées, façades en bois joliment ouvragées et magasins d’antiquités.

Les Juifs de Cochin, aussi appelés Juifs de Malabar, sont la plus ancienne communauté juive d’Inde. Leurs origines pourraient être retracée jusqu’à l’époque du Roi Salomon. Il en reste aujourd’hui moins d’une dizaine.

La tour de l’horloge, près de la synagogue, est un joli monument.

Quant à la synagogue, construite en 1567, son sol est recouvert de magnifiques porcelaines chinoises bleues, toutes uniques. Elle regorge d’objets d’art.

C’est la plus ancienne synagogue encore en activité dans les pays du Commonwealth.

Par contre, l’accueil est très désagréable et il vous faudra payer un droit d’entrée (ce qui me choque toujours pour les lieux religieux).

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Etant donné l’aspect très touristique de Cochin, j’avais d’abord décidé de ne pas voir de spectacle de Kathakali. Finalement, je me suis laissée tenter et je n’ai vraiment pas regretté cette belle soirée !

Ne loupez pas la séance de maquillage qui débute bien avant le spectacle proprement dit. Elle dure environ une heure et on peut voir chacun des acteurs utilisant des techniques différentes en fonction de son personnage.

La vidéo n’est pas de très bonne qualité mas vers la fin vous pourrez voir de près le maquillage de l’acteur incarnant Rama.

Maquillage des acteurs de Kathakali à Cochin Kerala Inde

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]

Ensuite, un des acteurs nous a fait une démonstration des nombreuses expressions et gestuelles utilisées dans le kathakali.

On le voit à partir de 3:50 dans la vidéo.

On nous a également expliqué la scène du Ramayana qui allait nous être présentée et remis un livret reprenant l’histoire (la rencontre du prince Rama avec l’ogresse).

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]

Enfin, le spectacle proprement dit, joué par les trois acteurs (le prince, la démone et la jeune fille – en réalité la démone déguisée).

Acteur de Kathakali représentant le prince ou le bien à Kochi Kerala Inde

Si vous parlez anglais et voulez tout savoir sur le Kathakali, je vous invite à lire l’excellent article de Meenakshi J Iyer sur cet art malheureusement en voie d’extinction.

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Video »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

La ville de Cochin est facilement accessible en bus ou en train depuis de nombreuses villes du Kerala.

J’ai pu emprunter un bus direct depuis Alleppey. Pour repartir, j’ai emprunté le train jusqu’à Bombay (un très – trop – long voyage, que je vous recommande de couper).

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Comme indiqué plus haut, Fort Kochi est l’endroit le plus agréable pour loger à Cochin.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

La plupart des chambres et suites ont une vue sur le port. L’édifice est remarquable, aussi bien à l’extérieur avec sa tour horloge et sa piscine sur la terrasee, et à l’intérieur à travers une décoration extrêmement soignée.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Une belle maison au calme et au milieu de la verdure, offrant de magnifiques chambres avec du mobilier en bois et des fresques et une grande piscine.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Cet établissement, classé 15ème des hôtels de Cochin, est recommandé pour sa propreté et son confort, mais aussi pour l’excellent accueil et les conseils du personnel.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Du Sud au Nord du Kerala, vous pouvez également visiter :

  • Thattekadu.
  • Kovalam.
  • Varkala.
  • Quilon.
  • Munnar.
  • Thrissur.
  • Kozhikode.
  • Wayanad.

Plutôt que de vous infliger un basique copier-coller des informations de Wikipedia, je suis en train d’interroger mes amis indiens afin qu’ils enrichissent cette section au fil du temps. A venir : les informations touristiques sur Wayanad et une expérience hors des sentiers battus dans les grottes du district.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Par Lakshmi.

Nichée dans les Ghats occidentaux et sur les rives du fleuve Periyar près de Kochi se trouve Thattekadu, qui signifie littéralement forêt plate. Cependant, les denses jungles de cette région sont peuplées d’éléphants qui y errent librement.

Mais Thattekadu abrite aussi plusieurs espèces d’oiseaux endémiques de la région. Il n’est pas étonnant que le célèbre ornithologue Salim Ali soit tombé dessus il y a des années et que le sanctuaire d’oiseaux porte son nom.

Perdez-vous ici dans l’écrin de la nature et réveillez-vous aux gazouillis des oiseaux. Accompagnez un naturaliste et un guide ornithologue à la recherche des espèces endémiques d’oiseaux et parcourez les plantations de caoutchouc ou flottez en barque sur la rivière Periyar.

Thattekadu est l’un des joyaux cachés du Kerala, littéralement enveloppé dans les bras de la nature.

Pour plus de détails, lisez l’article de Lakshmi sur les oiseaux de Thattekadu.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

A venir.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

A venir.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

A venir.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

A venir.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Dites Thrissur et la première chose à venir à l’esprit est le célèbre festival « Thrissur Pooram » qui se déroule près du Temple Vadukkunnathan.

Ce qui semble être une petite entrée et un petit temple de l’extérieur est une illusion. Répartie sur près de 9 acres, l’enceinte du temple de Vadukkunnathan est l’un des plus beaux endroits pour se promener et trouver la paix. Il y a environ 20 sanctuaires différents à l’intérieur du complexe et il y a un ordre particulier dans lequel les sanctuaires devraient être visités, mentionné à l’entrée du temple. La divinité principale est le Seigneur Shiva sous la forme de Lingam. Cependant c’est un temple où vous ne pourrez pas voir l’idole. Elle est couverte d’un monticule de ghee – beurre clarifié – qui a été versé sur le Lingam pendant des années et la pratique continue tous les jours. Ce qui est miraculeux, c’est que le ghee, bien qu’il soit là depuis des années, ne sent ni ne fond, même en été. C’est un spectacle agréable de regarder la divinité, un monticule de ghee scintillant dans des lampes à huile illuminant le sanctuaire, ornée d’ornements dorés. Le Koothambalam, qui signifie que le théâtre du temple a toujours une performance comme de la danse ou de la musique, rend la visite particulièrement agréable.

Juste en face du Vadukkunnathan se trouve un autre temple appelé Paramekkavu Bagavathi Temple, un des plus grands temples Bagavathi du Kerala.

Le célèbre Thrissur Pooram se tient devant ces temples. Il s’agit du festival le plus coloré du Kerala, avec des spectacles de feux d’artifice, de nombreux musiciens jouant des instruments à percussion, de processions de chenda traditionnel et des parasols aux couleurs vives. C’est aussi la fête où de nombreux éléphants sont décorés avec des ornements traditionnels du Kerala et emmenés en procession.

Temple de Thrissur au Kerala en Inde

Pour d’autres choses à faire à Thrissur, vous pouvez aller à environ 50 km de là à la très célèbre cascade d’Athirappily. C’est une destination touristique réputée et un lieu de tournage célèbre.

Ces conseils ont été écrits par Chittra M, du blog Masala Box.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

La blogueuse indienne Saakshi Gulati nous livre ses impressions sur Calicut – Kozhikode et les raisons pour lesquelles vous devriez visiter cette ville côtière du Kerala.

Calicut – la ville des épices !

Il y a plus de cinq cents ans, le navigateur portugais Vasco de Gama est arrivé sur les côtes de Calicut (plage de Kappad), dans le nord du Kerala. Pourtant, Calicut reste encore assez peu touchée par le tourisme.

Je vous invite à vous rendre dans cette ville côtière du Kerala. Explorez les plages, de Kappad à Beypore. A Beypore, marchez sur le sentier d’un kilomètre de long qui s’étend dans la mer; si vous êtes chanceux, vous pouvez voir les dauphins passer à côté. Appréciez le coucher du soleil sur la plage de Calicut avec une tasse de ‘Sulaimani’, une variété locale de thé au citron. Partez hors des sentiers battus et découvrez quelques backwaters (canaux) cachés entourés de cocotiers qui ondulent. Adonnez-vous à un parcours gastronomique et essayez la succulente cuisine Mappila et le Halwa kozhikode. Plongez dans l’histoire en visitant les musées ou partez à la recherche d’artisanat traditionnel en laiton et de sarees dans la fameuse SM Street. Calicut a vraiment quelque chose pour tout le monde !

coucher de soleil sur la plage de Calicut dans le Kerla Inde
Crédit photo : Saakshi Gulati
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Saakshi Gulati nous recommande aussi sa guesthouse coup de coeur à Wayanad, Amaryllis.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

De manière générale, la meilleure période climatique pour visiter l’Inde se situe entre novembre et février, hormis pour le Cachemire (Ladakh et Zanskar inclus), Himachal Pradesh et les états tribaux du Nord-Est où il vaut mieux privilégier mai à septembre. Attention aussi à la mousson qui peut se terminer plus tardivement dans le sud-est (décembre).

Il est à noter cependant, comme dans le monde entier, un dérèglement des saisons et la mousson peut donc se montrer très imprévisible.

Personnellement, j’ai tendance à planifier plutôt en fonction des festivals : octobre-novembre pour Bastar Dussehra, Diwali et l’Inde centrale; janvier-février-mars pour Shivaratri et l’Inde du sud.

J’étais allée au Ladakh et Zanskar en juillet-août pour pouvoir passer par la route.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

La meilleure période pour visiter le Kerala se situe entre Octobre et Février-Mars.

La mousson est normalement terminée, les températures sont un peu plus fraîches.

En mars, les températures sont plus chaudes mais il y a des festivals intéressants. La proximité de la mer permet aussi de mieux supporter la chaleur.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Les festivals les plus intéressants du Kerala sont :

¤ Onam, le plus grand festival du Kerala, qui dure 10 jours. Il se déroule néanmoins en août ou septembre et c’est le festival des moissons du Kerala. C’est à Cochin qu’il est le plus intéressant. Différentes célébrations ont lieu, comme la course de bâteaux-serpents, la danse Kaikottikali et les processions de Puli Kali lors desquels des artistes se transforment en tigres et chasseurs.

¤ Theyyam, qui se déroule surtout de février à avril, la danse des Dieux ou culte des héros. Les spectacles durent plusieurs heures et les artistes portent des peintures encore plus élaborées que dans le kathakali.

¤ Pooram, les processions d’éléphants carapaçonnés, se déroule de février à début mai.

¤ Chettikulangara Bharani, un des festivals les plus animés du Kerala. Il se déroule en février-mars au temple de Chettikulangara.

¤ Thaipooyam, connu aussi sous le nom de Thaipusam. En janvier ou février, ce festival n’est pas pour les âmes sensibles puisque les dévots se percent le corps et portent les kavadis.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Le Kerala possède trois aéroports internationaux : Cochin, Calicut, Trivandrum.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

S’ajoutent au trois aéroports du Kerala : Chennai, Trichy et Coimbatoire dans le Tamil Nadu, Bangalore dans le Karnataka.

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Pour ma part, j’ai plutôt tendance à arriver à Delhi ou Bombay, puis réserver un vol intérieur vers la destination de mon choix.

A part lors de mes 3 mois en Inde début 2018, je voyage toujours avec Qatar Airways. Mon essai avec Oman Air n’ayant pas été très concluant, je continuerai à payer un peu plus cher s’il le faut parfois pour voyager avec la Qatar.

Lisez mon avis sur Qatar Airways pour savoir pourquoi c’est la compagnie que je vous recommande et pourquoi mon vol avec Oman Air n’a pas été concluant

Pour savoir comment j’ai trouvé mon vol aller retour à moins de 340€, vous pouvez lire mon article intitulé comment et combien acheter son billet d’avion moins cher

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Button_Widget »][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

J’espère que cet article vous aura permis d’envisager plus sereinement votre premier voyage en Inde.

Si vous avez encore des hésitations, n’hésitez pas à nous expliquer pourquoi dans les commentaires ci-dessous.

Revenez nous faire part de votre expérience quand vous vous serez lancés !

Pour des conseils pour les femmes qui voyagent seule, je vous conseille la lecture de quelques anecdotes qui me sont arrivées, au travers desquelles je vous donne des conseils pour assurer votre sécurité

Et pour plus de lecture sur le sous-continent, consultez la rubrique blog voyage Inde

[optinform]

[siteorigin_widget class= »SiteOrigin_Widget_Headline_Widget »][/siteorigin_widget]

Kathakali, Backwaters et réserve sauvage au Kerala Inde du Sud

Guide complet pour préparer votre voyage au Kerala Inde du Sud


%s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!