Comment visiter Rantepao sur l’île indonésienne de Sulawesi ?

Tau Tau dans la falaise de Suaya près de Rantepao

Rantepao, sur l’île indonésienne de Sulawesi, est la capitale du Toraja du Nord. Tana Toraja, le pays des Toraja, est célèbre pour ses incroyables rites funéraires et l’Aluk To Dolo, la coutume religieuse animiste transmise oralement.

Quand on visite Rantepao et le Pays Toraja, on s’aperçoit très vite que toute la vie des insulaires est organisée autour de la mort et des funérailles.

Aujourd’hui, je vais vous décrire certains des sites les plus intéressants et faciles à visiter depuis Rantepao, car il en existe beaucoup.

Dans cet article, vous trouverez :

  • Toutes les informations pratiques pour préparer votre voyage.
  • Quels sites visiter facilement.
  • Comment vous y rendre.

Vous avez besoin d’aide pour organiser votre voyage ?

Si vous visitez le Pays Toraja ou Sulawesi, une carte peut s’avérer extrêmement utile. L’île est encore à l’écart du tourisme de masse et les cartes locales sont plus qu’approximatives !

Sommaire – Rantepao Sulawesi.

Visiter Rantepao Sulawesi et ses environs

Cliquez ici pour télécharger la checklist pour préparer votre prochain voyage indépendant !

Foire aux questions sur Rantepao.

Comment organiser son voyage pour le Pays Toraja ?

Contactez-moi si vous ne voulez pas organiser seul votre voyage, voulez être accompagné d’un guide parlant français et avez envie de voyager au plus près de la population. Grâce à mon expérience, vous découvrirez la culture Toraja au plus près et pourrez même économiser sur le prix de vos billets d’avion.

Où est situé Rantepao ?

Le Pays Toraja ou Tana Toraja se situe dans le centre et au sud de l’île indonésienne de Sulawesi.
La ville culturelle principale est Rantepao.

Quel est l’aéroport pour Rantepao ?

Il n’y a pas d’aéroport en Pays Toraja, mais le plus près est celui de Makassar.

Comment rejoindre Rantepao ?

Il faut compter 8-9h de bus de Makassar à Rantepao, ou 5h de taxi, à travers de magnifiques paysages.

Quand visiter Rantepao ?

La saison funéraire est en août, mais j’y étais en septembre et il y avait encore plein de funérailles.

Combien de jours pour visiter Rantepao ?

Tout dépend de vos envies et goûts. Si comme moi vous êtes passionnés de découvertes culturelles, de randonnée et de belles rencontres humaines, vous pouvez facilement y passer 3 semaines sans vous ennuyer, en explorant également la vallée de Mamasa.

Comment se rendre à Rantepao depuis la France au meilleur prix ?

  1. Réservez un vol aller retour Paris-Kuala Lumpur avec Qatar Airways. Je vous conseille de couper le voyage en passant une ou deux nuits en Malaisie et pourquoi pas plus en visitant Singapour. Vous pourrez en profiter pour récupérer un boîtier d’accès wifi commandé au préalable sur Klook (voir les informations plus bas).
  2. Réservez un vol low cost de Kuala Lumpur à Makassar Ujung Padang.
  3. Prenez un bus de Makassar à Rantepao.

>>> Cliquez ici pour réserver votre vol qatar Airways

>>> Trouvez le meilleur prix low cost de Kuala Lumpur à Makassar avec le widget Skyscanner ci-dessous

Je n’ai pour l’instant pas trouvé de solution de réservation en ligne pour le bus Makassar-Rantepao. Lors de mon voyage, j’ai réservé le bus à mon arrivée pour un départ dès le lendemain matin à 8h.

Comment bénéficier de la wifi 3G/4G en illimité dans toute l’Indonésie ?

Commandez avant votre départ votre boîtier wifi 3G illimitée sur le site de Klook. Le retrait se fait à l’aéroport de Kuala Lumpur.

>>> Cliquez ici pour commander votre boîtier

Où loger à Rantepao ?

Je vous recommande le beau resort Luta Resort Toraja. Idéalement situé dans le centre de Rantepao mais très calme, il possède une très belle cour intérieure donnant accès à des chambres et suites très confortables, agréables et propres. Son restaurant, au bord de la rivière, est très intimiste et offre une nourriture locale à un prix dérisoire. Avec un photographe français rencontré à Rantepao, nous sommes allés voir les prix « pour le fun », pensant que c’était hors de nos budgets. Quand nous avons constaté que ce n’était pas le cas, nous en avons fait notre « base ».

Ne vous fiez pas aux photos d’Agoda, qui ne rendent pas vraiment justice à la beauté du lieu.

>> Cliquez sur la photo ou ici pour vérifier les prix et disponibilités pour vos dates (Agoda)

>> Ou vérifiez le prix sur Booking ici

Comment visiter le marché de Pasar Bolu ?

Situé à 2kms au nord-est de la ville, le marché de Pasar Bolu est facilement accessible en bemo.

Il a lieu tous les 6 jours et vous devriez vous acquitter d’un droit d’entrée de 10 000RP.

Une fois le droit d’admission payé, vous vous retrouverez au milieu d’une vaste mare de bouses.

Tout autour, vous verrez des hommes exposer fièrement leur buffle. Il faut dire que le vendre signifie empocher une vraie fortune et rien n’est laissé au hasard pour séduire le chaland. L’animal a été soigneusement lavé, son pelage brossé et arrosé régulièrement. Un anneau lui a été inséré dans les naseaux et son heureux propriétaire lui relève régulièrement la tête : il faut se faire remarquer, admirer, désirer. L’acheteur doit en avoir pour son argent, enfin « son »… bien souvent celui par lequel il s’endettera. Les familles s’endettent souvent pour acheter ces buffles et toute la vie des Toraja est organisée autour de la préparation de leurs funérailles.

buffle prenant un bain de boue

Posséder un buffle est la plus grande fierté des Toraja. C’est le principal animal domestique, et celui qui suivra son maître jusque dans la mort. Les Toraja pensent en effet que leurs biens les suivent dans la vie suivante pour les servir et leur servir de véhicule vers l’autre monde. Dès lors, quoi de plus naturel que de sacrifier le buffle de la maison lors des funérailles ?

C’est aussi une façon de montrer son respect pour le défunt et de montrer la richesse de la famille. Dans les familles les plus riches, ce sont plusieurs dizaines qui peuvent être tués à cette occasion. Leurs cornes viendront orner la maison familiale et montreront à tous la richesse de ses occupants. Le buffle blanc ou rose est le moins cher, le noir est d’un prix intermédiaire, le plus cher et le plus recherché étant le tacheté, généralement aux yeux bleus.

Un peu plus loin, vous verrez le coin des cochons, généralement solidement ficelés sur des tréteaux faits de bambou. Pour leur éviter les coups de chaleur sous ce soleil de plomb, leur propriétaire les arrose régulièrement. Les bêtes, placides, attendent une libération qui risque de se faire dans la douleur : plus ils sont gras, plus ils ont de chance de finir suspendus à des barres en bambou et portés triomphalement aux funérailles de leur futur propriétaire…

Admirez la dextérité des hommes qui ficellent les cochons… sur les scooters. Comme souvent en Asie, les deux-roues ont des passagers peu ordinaires !

Attardez-vous dans le marché traditionnel. Dans un dédale de ruelles, on vend de tout, on coupe, on coiffe, on soigne, on boit du vin de palme dans des tubes de bambou, on discute, on rencontre, on salue « hello mister », on interpelle, on rit, on sourit, on chante, on danse… Bref, on prend le temps de vivre avant l’ultime moment de ce qui n’est qu’une étape : la mort dans cette vie temporaire et la prochaine vie, celle qui sera permanente, celle pour laquelle on est ici et qu’on a de cesse de préparer, jusque dans ses funérailles…

Les gens achètent les buffles et porcs qui seront sacrifiés durant les funérailles à l’intéressant marché de Pasar Bolu.

Le prix moyen pour un buffle est de 20 millions de roupies indonésiennes (environ 1 300€). Les grandes funérailles des plus riches familles peuvent coûter 375 000€/400 000€ seulement pour les buffles.

Les buffles vivent avec les familles et on en prend grand soin, presque comme un membre de la famille. Frederik, originaire de la famille la plus importante de Rantepao, me montrera fièrement les photos de son très cher buffle tâcheté aux yeux bleus…

Visitez Kete Kesu.

Kete Kesu, vu l’intérêt du site, fera l’objet d’un autre article dont je vous indiquerai le lien ici.

Le site de Lemo est-il intéressant ?

Lemo est un village à 10kms au sud de Rantepao, sur la route de Makale. Vous pouvez donc emprunter un des nombreux bemos se rendant à Makale et vous arrêter à l’embranchement vers le site. Pendant le parcours, vous pourrez repérer les lieux où vous avez envie de vous attarder au retour.

Je vous recommande Lemo plutôt que Londa, d’une part parce que Londa me paraît beaucoup plus touristique, d’autre part parce que vous verrez à Tampangallo le même type de tombe dans une grotte.

La première chose que vous y verrez, ce sont les maisons traditionnelles Toraja, les Tongkonans.

Tongkonan de Lemo Pays Toraja

Le site funéraire de Lemo est très connu et souvent confondu avec celui de Londa.

Il est constitué de ce qu’on appelle Liang lokko, des tombes creusées dans une falaise ou une colline, dans lesquelles on place le cercueil ou le corps directement.

Tombes et tau tau dans la falaise du site funéraire de Lemo

En plus des Liang Lokko, on trouve plusieurs balcons de tau tau. Le tau tau est une représentation grandeur nature du défunt, ou plus exactement de son esprit, en bois ou en bambou. Elle doit être le plus ressemblant possible. On lui met donc certains des habits du défunt, ses lunettes, bijoux, etc.

En langue Toraja, « tau » signifie « homme ». La répétition du mot signifie « ressemblant à », comme en Bahasa Indonesia (jalan = rue. Jalan jalan = je marche. Tau = homme. Tau Tau = presqu’un homme).

Seuls les plus riches et les aristocrates pouvaient auparavant s’offrir un tau tau.

On les trouve dans les balcons des falaises ou dans les grottes funéraires, à proximité du corps. Ils servent ainsi de gardiens de la tombe et de protecteurs de la vie, évitant que l’âme du défunt ne soit tenter d’aller hanter les vivants.

Tau Tau dans la falaise de Lemo près de Rantepao

A droite, vous pouvez voir des Liang batutu. De style traditionnel, cette tombe ressemble à un tongkonan et fait face à l’ouest. Elle comporte des chambres avec des portes secrètes que seules quelques personnes savent ouvrir. Les murs de devant et intérieurs sont décorés de statues symbolisant la noblesse et indiquant le nombre de buffles sacrifiés durant les funérailles.

N’hésitez pas à emprunter les chemins de randonnée aux alentours, entre rizières en terrasses et montagnes grandioses. Vous serez très certainement hélés par les Torajas travaillant dans les rizières pour boire le célèbre et délicieux « Torajan kopi« , le café Toraja. Mélange d’Arabica et de Robusta, c’est pour moi le meilleur café du monde !

Rizières en terrasse autour de Lemo Tana Toraja

Randonnez à l’est de Makale.

Armez-vous de votre boussole et partez de Makale, en direction de l’est, pour cette magnifique randonnée qui vous permettra de découvrir les sites funéraires de Suaya, Tampangallo et Kambira. N’ayez pas peur de vous perdre : vous trouverez toujours quelqu’un pour vous remettre sur le bon chemin ou vous ramener en voiture !

Montagne Toraja près de Makale

Suaya.

Suaya est un site funéraire à 6.7kms de Makale.

Comme à Lemo, les tau tau sont mis dans des balcons dans la falaise. Vous verrez notamment une famille avec un enfant (photo d’illustration de l’article), ce qui est plutôt très rare en Pays Toraja. A Kambira, vous découvrirez les sépultures des enfants.

Les tenues et la finesse des traits de certains taus-taus démontrent qu’ils occupaient un rang très élevé. Pour les « classes inférieures », les taus taus sont faits en bambou. Pour les classes moyennes, on utilise du bois de santal ou ranbu. Pour les classes supérieures, on utilise du bois de jacquier. On voit très bien ici la différence d’essence et de travail du bois.

Tau Tau classe supérieure à Suaya

Tampangallo.

Ici, les tau tau et Liang tedong-tedong sont déposés dans une grotte.

Pour faire les Liang tedong-tedong, on découpe un gros arbre en forme de buffle ou de bateau et on place le corps à l’intérieur. Les Torajas ont en effet un ancêtre qui vient de la terre du pays Toraja (d’où le buffle), et un autre de la mer.

Les tombes appartiennent à des chefs de Sangalla, un village proche, qui seraient les descendants de la divinité Tamborolangiq. Ce Dieu aurait introduit le système des castes, les rituels funéraires et les techniques agricoles en Pays Toraja.

Kambira.

A Kambira, on trouve le site funéraire le plus émouvant : les sépultures des bébés et enfants morts en bas âge.

On fait un trou dans un grand banyan et on place l’enfant à l’intérieur de l’arbre. Dans la croyance Toraja, on pense que l’enfant continuera à grandir avec l’arbre.

Tombes de bébés dans un grand banyan

Il existe d’autres tombes pour les enfants : les Liang tomelolo / ma’tarrusan. L’enfant est enterré dans le sol sous la maison ou le grenier à riz, avec des oeufs symbolisant ce qu’est le bébé : un oeuf sans péché.

Le site de Bori.

C’est le dernier site que je vous recommande à proximité de Rantepao.

Depuis Rantepao, vous pouvez vous rendre à pied à Bori, à quelques kilomètres au nord.

Vous y trouverez un rante, terrain cérémoniel, avec des mégalithes.

Rante et mégalithes de Bori, près de Rantepao

N’hésitez pas à musarder aux alentours. Nous avons ainsi découvert un site à la pirate des Caraïbes : des tombes, os et crânes dans la jungle, au milieu de lianes enchevêtrées.

Contrairement à ce qu’on peut lire parfois, si les corps ne sont jamais déposés directement en terre, ce n’est pas parce que celle-ci est sacrée, mais pour éviter qu’ils ne soient déterrés et mangés par les animaux. Mais vous verrez souvent des cercueils éventrés avec des crânes et des os à même le sol.

Voyagez avec moi au Pays Toraja !

Vous voulez découvrir la culture Toraja en voyageant au plus près de sa population ? Contactez-moi pour l’organisation de votre voyage et/ou votre accompagnement.

Conclusion – Rantepao Sulawesi.

Les environs de Rantepao ont énormément à offrir, que ce soit la découverte des sites funéraires, la participation à des funérailles, ou simplement les randonnées dans des paysages magnifiques.

Le Pays Toraja, encore à l’écart du tourisme de masse, a beaucoup à offrir aux voyageurs curieux.

Avez-vous déjà visité Rantepao et le Pays Toraja ? Quel était le but de votre visite ?

Aviez-vous déjà entendu parler des rites funéraires Toraja et de leur culture animiste si particulière ? Avez-vous envie de vous rendre au Pays Toraja ?

Pour d’autres articles sur l’Indonésie, consultez cette catégorie

Partagez cet article avec votre famille ou vos amis qui planifient un voyage à Sulawesi ou sont intéressés par l’ethnologie.

Cet article peut contenir des liens compensés. En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises. Consultez les mentions légales du site pour plus d’informations.

%s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares
error: Content is protected !!
Privacy Preferences
When you visit our website, it may store information through your browser from specific services, usually in form of cookies. Here you can change your privacy preferences. Please note that blocking some types of cookies may impact your experience on our website and the services we offer.