Dormir chez l’Habitant au Bastar en Inde et Découvrir la Culture Tribale

Logement chez l'habitant au Bastar

Grâce à Shakeel, vous pouvez désormais dormir chez l’habitant au Bastar, que ce soit chez lui ou dans une autre maison d’hôtes tribale, et découvrir la culture des nombreuses tribus locales.

Shakeel est également guide local. Bien qu’il ne soit issu d’aucune tribu, il vit avec elles dans le village tribal de Chote Kawali, près de Nangur, dans le sud du district.

Vous ne trouverez pas de meilleure manière de découvrir la culture du Bastar qu’en compagnie de Shakeel et de ses amis.

A propos de Shakeel.

Shakeel est originaire de Kondagaon, une ville au nord de Jagdalpur. Il a d’abord travaillé dans le marketing et design, puis comme sociologue, avant de devenir guide touristique à son compte en 2008. Pendant la pandémie, il n’a pas hésité à se rendre dans les villages les plus difficiles d’accès, pour apporter des produits de première nécessité et des soins.

Nous sommes entrés en contact avant mon premier voyage au Bastar en octobre 2012 et nous sommes rencontrés lors de ce voyage. Très rapidement, nous avons commencé à travailler ensemble. C’est avec beaucoup de plaisir et un grand amour partagé pour la culture tribale et l’Humain en général, que nos nombreuses discussions nous ont permis de développer de plus en plus le tourisme au Bastar, et en particulier dans les villages tribaux. Et c’est avec beaucoup de bonheur et d’émotion que je vois les tribus bénéficier de ce travail, en respectant leur mode de vie.

Ici au Bastar, vous ne trouverez pas d’un côté les riches touristes dans leurs logements somptueux, et de l’autre les tribus vivant dans des conditions déplorables. Vous vivrez au milieu des tribus, dans des conditions simples, partagerez leurs repas, leurs festivités, leurs joies et tristesses, leurs découvertes, leur ingéniosité…

On ne revient pas le même du Bastar…

Et en visitant le Bastar avec Shakeel, c’est toute la population tribale du district que nous aidons.

Shakeel et un homme des tribus du Bastar
Shakeel soignant un bébé cerf aboyeur recueilli blessé par un fermier tribal

Chambres chez l’habitant au Bastar.

Désormais, Shakeel propose plusieurs solutions d’hébergement :

  • dans sa maison tribale de Chote Kawali, la Homestay Tribal Bastar.
  • la Nag Homestay, à Naya Para.
  • chez Mahesh.
  • à la Ginta Homestay, au milieu d’un village Dhurwa et Bhatra près de la vallée de Kanger.

Les hébergements se font tous dans des maisons traditionnelles en boue. Même si le confort est modeste, ces maisons représentent déjà un confort plus important que certaines habitations qui ne sont que de simples huttes en bois. Certaines maisons en boue ont une cuisine à l’extérieur sous un toit et/ou au sol. La salle d’eau peut également être à l’extérieur, juste entourée de piquets de bois. On utilise toujours des brocs, puisqu’il n’y a pas d’eau courante.

Vous serez extrêmement surpris par l’incroyable propreté des maisons en boue « les plus sommaires ».

Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir Shakeel en train de préparer le poulet qu’il a acheté pour partager avec ses amis tribaux, dans la cuisine de ceux-ci. C’est exactement à ce genre de cuisine que les gens des tribus sont habitués, soit directement dans la maison, soit à l’extérieur.

Shakeel cuisinant un poulet dans une cuisine tribale

On loge dans les villages tribaux pour partager du temps avec les tribus, mais pas pour le luxe. Shakeel et moi sommes très vigilants à ne pas développer les maisons d’hôte d’une façon qui iraient à l’encontre des envies de leurs propriétaires. Nous ne voulons pas que le district devienne un endroit où on a les riches touristes dans leurs logements luxueux d’un côté, et les tribus vivant avec leurs animaux et dans la plus grande simplicité de l’autre. Si vous voulez rencontrer les tribus tout en étant hébergé confortablement – ce qui est votre droit ! – logez plutôt à Jagdalpur. Vous pourrez toujours demander à Shakeel ou un de ses amis tribaux de vous guider à travers les villages et marchés tribaux.

Cuisine avec pillage du grain et bétail
Souvent au Bastar, les gens vivent avec leur bétail

Localisation des logements chez l’habitant.

Chote Kawali et les autres villages sont tout près de Nangur et de la Vallée de Kanger, à 23kms au sud de Jagdalpur.

Bien que ce nombre de kilomètres puissent paraître peu et que vous puissiez penser que Jagdalpur est une base plus facile pour visiter le Bastar, je vous conseille plutôt de loger chez l’habitant dans une des guesthouses dont s’occupe Shakeel. Les routes sont en effet souvent en très mauvais état et, selon la saison, certains des endroits et villages où vous emmènera Shakeel peuvent être plus faciles d’accès depuis le sud.

Quelques conseils de Shakeel.

Cette région est la patrie des tribus Dhurwa, Bhatra et Gond, et est un peu touchée par les naxalites de nos jours.

Je parle assez bien anglais et suis capable de vous guider dans la région que je connais très bien. Je peux vous fournir un hébergement de base (chez moi ou ailleurs) et une nourriture délicieuse (végétalienne ou non). Vous pouvez marcher, louer des vélos, des motos (avec ou sans chauffeur) ou une voiture pour vous déplacer dans les zones forestières proches.
Il n’y a pas de service de bus disponible à partir de Jagdalpur pour atteindre mon village de Kawali, mais vous pouvez louer un taxi pour atteindre mon village.
J’ai les itinéraires suivants (toutes les distances de kawali) :

  • visite de nombreux villages tribaux – plus de 10 villages sont situés à distance de marche du village de Kawali pour observer l’agriculture locale et l’utilisation des produits de la forêt (les femmes ramassent les racines, les feuilles, les branches, les fruits, les épices, le bambou sauvage, les fourmis – pour les manger, les cocons de soie, les médicaments, les minéraux, etc.), l’économie locale, la fabrication de paniers et de tapis en bambou, la dégustation de nourriture et de boissons locales, etc.
  • Observation des activités religieuses – Visite des marchés hebdomadaires colorés.
    Au village de Nangur (vendredi, 1 km.)
    Au village de Koleng (samedi, 20 km), au cœur du parc national de la vallée de Kanger. Ce marché est fréquenté principalement par les populations tribales des forêts éloignées.
    À Tokapal (lundi, 25 km)
    A Dharba (mercredi, 30 km), marchés hebdomadaires.
  • combat de coqs : rassemblement à Alnar (presque tous les jours en hiver, 12 km).
    Si vous préférez séjourner dans des hôtels/guest-houses plutôt que chez l’habitant, vous pouvez utiliser Jagdalpur comme quartier général de base. Vous pouvez également séjourner dans des villages éloignés comme Milkul-wada, Koleng aussi. C’est un pays où l’anglais n’existe pas, il se peut donc que vous ayez des problèmes de communication avec les villageois, mais pour résumer, vous vivrez une expérience étonnante et intéressante.

Le conseil de Stéphanie.

Remettez-vous en totalement à Shakeel et ne planifiez pas d’emploi du temps précis. Vous pourrez toujours reprendre votre course contre le temps une fois repartis du Bastar. Il arrive souvent que Shakeel soit avisé d’une fête locale, d’un mariage, d’une cérémonie particulière, au hasard de ses pérégrinations. S’il change le programme dont il vous avait parlé au début de la journée, sachez que ce sera toujours pour vous donner la meilleure expérience du Bastar.

Mises en garde.

Si vous ne parlez que très peu anglais, je vous déconseille de visiter le Bastar sans guide francophone. Shakeel ne parle pas français et, il y a quelques années, nous avons eu un très mauvais retour de la part d’un couple français avec qui la communication a été très difficile. Il y a eu énormément de malentendus. Le couple est ressorti mécontent de son séjour avec Shakeel. Shakeel et moi avons été très frustrés de voir des voyageurs insatisfaits et me bombardant d’emails de plaintes, alors que lui comme moi leur avions consacré énormément de temps. Heureusement que je connais très bien Shakeel depuis 2012 et que je savais que certains des faits mentionnés étaient totalement infondées.

Je ne vais pas vous mentir : je m’en veux d’avoir envoyé à Shakeel des clients qui n’étaient pas du tout faits pour le Bastar. Au lieu de simplement les mettre en garde à plusieurs reprises, j’aurais dû simplement refuser de les orienter vers Shakeel…

C’est également pour cette raison que je ne fais plus l’intermédiaire entre Shakeel et vous. Si vous n’arrivez pas à communiquer en anglais à l’écrit avec Shakeel, imaginez bien que sur place, ce sera absolument impossible et vous reviendrez aussi mécontents que ce couple…

Si vous avez besoin d’un guide francophone pour le Bastar, n’hésitez pas à me le faire savoir. Nous étudions des solutions pour continuer à permettre aux voyageurs de tout horizon de pouvoir découvrir la culture tribale du district. J’envisage notamment de proposer à nouveau un circuit en petit groupe, qui serait guidé par Shakeel et moi, et donc en français, et vendu par une agence de voyage française. J’ai besoin de connaître votre avis sur le sujet et savoir si certains d’entre vous pourraient être intéressés.

Pour contacter Shakeel et dormir chez l’habitant et/ou demander un guidage.

Vous pouvez contacter Shakeel par email ghanasar at gmail.com ou via Facebook

Quelques avis de voyageurs sur Shakeel.

« Shakeel ji est un hôte merveilleux et le guide le plus étonnant qu’on puisse avoir pour explorer cette partie du pays. Il a fait ce pas supplémentaire pour m’assurer que j’étais à l’aise et en sécurité dès le moment où il a attendu patiemment quatre heures à la gare pour venir me chercher, pour m’aider à réserver des billets d’autobus et m’assurer que j’étais en sécurité et à l’aise dans mon autobus lorsque mon train de retour a été soudainement annulé. Il connaît la région comme sa poche et est la personne idéale pour vous emmener dans des endroits où les voyagistes normaux ne voudront pas aller. L’hébergement est assez basique, mais c’est ce à quoi on peut s’attendre quand on veut vivre dans un village tribal et vivre la vie comme le font les tribus. Je reviendrai certainement dans la région de Bastar car trois jours ne suffisent pas pour explorer cette région et quand je le ferai j’espère y séjourner à nouveau. » Anupama, Inde.

« Mon épouse et moi avons récemment eu la chance de passer trois jours avec Shakeel chez lui au Chhattisgarh, à explorer les marchés Adivasi locaux, les cascades, les villages et les maisons. Séjourner chez Shakeel était sans aucun doute le moment fort de notre voyage d’un mois en Inde. Non seulement le district de Bastar est fascinant, mais Shakeel a été l’hôte parfait: réfléchi, accommodant, compétent, sa manière de nous montrer des choses intéressantes (et de cuisiner de délicieux plats!). L’endroit lui-même était propre et assez beau, et la description de Shakeel dans la liste est exacte – cet endroit implique de rester dans un cadre rural, et n’est pas pour ceux qui attendent des logements de luxe. Au total, je ne peux pas le recommander assez fortement, et j’espère revenir bientôt! » Eric, Oakland, Californie.

« Shakeel est une personne si gentille, il est le guide parfait pour Bastar. Il en sait tellement sur les tribaux et il est définitivement apprécié par eux. Donc visiter des villages avec lui est le meilleur moyen d’approcher les gens. Je vais devoir revenir pour voir tout ce que j’ai manqué pendant ma visite trop courte. » Nicole, Pully, Suisse.

Pour en savoir plus sur le Bastar et le Chhattisgarh.

Consultez mes articles ici

Vous cherchez d’autres idées pour dormir chez l’habitant ailleurs qu’en Inde ?

Sur cette page, vous retrouverez les 4 destinations que je vous recommande pour dormir chez l’habitant : le Bastar bien sûr, l’île de Selayar en Indonésie, Ubud à Bali et le sud des Landes pour découvrir également le Pays Basque et le proche Béarn.

Vous souhaitez me contacter pour d’autres questions sur le Bastar ?

Vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Retour en haut